«Avant l’aube», un polar bien noir, mêlant intrigues policières et politique signé par Xavier Boissel

Paris 1966. L’inspector Philippe Marlin viu tranquil·lament al barri de Batignolles amb el seu gat, la musica jazz, el whisky i els fantasmes que poblen les seves nits. Fins que una nit es troba el cadàver mutilat d’una dona per la «Petite Ceinture».

« Comme l’animal qui a la prescience de sa mort prochaine, j’ai senti, tandis que je traversais les nuages de fumée noire, épaisse et grasse, une piqûre douloureuse, cruelle. Un truc qui vous tétanise quelques secondes. »
Paris, 1966. Inspecteur à la Crim’, Philippe Marlin erre dans un semblant de quotidien aux Batignolles. Entre son chat, le jazz, le whisky et les fantômes qui hantent ses nuits charbonneuses. Nuits qui virent au blanc lorsque le cadavre mutilé d’une femme est découvert sur la Petite Ceinture. Son enquête va l’aspirer dans un monde où la respectabilité n’est qu’apparence, et où le Service d’Action Civique – la police parallèle du général de Gaulle – tire les ficelles. Dans ce théâtre d’ombres peuplé de marionnettes, ses convictions républicaines seront ébranlées.